img7.jpg

Les parasites

Les parasites: un danger pour les animaux

Les symptômes, s'ils sont présents, varient en fonction de l'âge de votre animal, de sa santé et de son degré d'infestation. Les symptômes ne sont généralement pas caractéristiques d'une espèce de vers, c'est pourquoi il est fortement recommandé de traiter votre animal avec un vermifuge actif sur l'ensemble des vers digestifs du chien ou du chat.
Read More
Les symptômes suivants peuvent vous faire penser à une contamination par des vers digestifs :

. Oeufs ou larves visibles dans les matières fécales ("grains de riz")
. Vomissements
. Anémie (muqueuses pâles)
. Diarrhée avec parfois présence de sang
. Pelage terne, piqué
. Retard de croissance, perte de poids, amaigrissement
. Ventre ballonné chez les jeunes animaux
. Diminution générale de la vitalité

Chez l'animal, après la contamination, les différentes espèces de vers migrent à travers l'organisme de votre animal avant de se fixer dans le tube digestif. Les lésions que les vers causent aux organes de votre animal pendant cette migration peuvent être considérables, conduisant à une dégradation générale de son état de santé.

D'autre part les vers se nourrissent en absorbant le sang ou la nourriture présente dans le tube digestif de votre animal. Pour un jeune animal, une forte contamination peut avoir des conséquences mortelles. Il est donc primordial de traiter régulièrement tous vos animaux (que ce soient les adultes, les jeunes, les femelles en gestation et en lactation) car n'oubliez pas que la contamination des chiots et des chatons peut se faire pendant la gestation ou par le lait maternel.
Dans tous les cas, n'hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire.

Voici un aperçu des lésions que peuvent causer les vers chez les chiens et les chats :

Lésions / Symptômes Cause Conséquences cliniques
Lésions des tissus Migration des larves dans l’organisme. Par exemple : réaction épidermique après contamination à travers la peau par des larves d’Ankylostomes.
Obstruction intestinale, obstruction des glandes anales Très forte contamination par des nématodes. Perturbation du transit intestinal pouvant conduire à l’obstruction (risque mortel).
Anémie, notamment chez les jeunes animaux fortement contaminés Vers hématophages (se nourrissant de sang), comme les Ankylostomes. Muqueuses pâles, abattement, fatigabilité, fièvre, troubles respiratoires et cardiaques.
Carences en vitamines et en substances nutritives Infestation par des nématodes ou des cestodes. Modifications au niveau de la peau et du pelage, troubles de l’audition et de la vue, vomissements, troubles cardiaques, anémie.
Dégradation du système immunitaire Infestation par des nématodes ou des cestodes. Sensibilité accrue aux maladies infectieuses. Effet diminué des vaccins préventifs.

Les parasites externes: les tiques

Comment un animal attrape-t-il des tiques ?

Lors d'une promenade à l'extérieur

A l’affût sur une herbe haute ou un buisson, la tique attend le passage d’un chien ou d’un chat. Elle se laisse alors tomber dessus. Elle recherche une zone à peau fine (tête, oreilles…) pour mordre et prendre un repas de sang.

Des infestations saisonnières

Le risque est maximal au printemps et à l’automne, mais les tiques sont présentes toute l’année.

A quelle période mon animal a-t-il le plus de risque d’attraper des tiques ?

Au printemps et à l'automne, le risque est maximal

Le risque est présent toute l’année : veillez à traiter votre animal de manière régulière, avec un antiparasitaire efficace contre les tiques.

Les morsures de tiques sont-elles dangereuses pour mon animal ?

Oui les tiques peuvent transmettre de graves maladies. Le risque devient maximal 48 h après fixation sur l’animal.

Conseils :
- Pensez à inspecter votre animal (oreilles, cou…), au retour de balades en extérieur, pour rechercher la présence de tiques et les retirer.
- En cas d’apparition de signes anormaux (fatigue, fièvre, perte d’appétit…), consultez votre vétérinaire sans attendre.

Je traite régulièrement et correctement mon animal. Puis-je trouver des tiques fixées ?

Oui car les tiques sont tuées une fois qu’elles sont sur l’animal dans un délai maximum de 48h.

  • Le danger lié aux tiques pour votre animal n’est pas leur morsure elle-même mais les maladies qu'elles peuvent transmettre.
  • Le risque de transmission de ces maladies devient maximal 48h après la fixation de la tique.

Conseils :
- Inspectez attentivement le pelage de votre animal après chaque sortie, le risque zéro n’existe pas.
- Agissez rapidement (maximum 48 h) pour empêcher la transmission des maladies.

Les parasites externes: le phlebotome

phlebotome

 

La Leishmaniose du chien


Définition, généralités

 

La leishmaniose du chien est une maladie parasitaire chronique due à Leishmania infantum. Ce parasite de très petite taille, est de la famille des trypanosomes. Il infeste certaines cellules de l’organisme du chien contaminé (photo n°1). La maladie est transmise par la piqûre d’un moustique (Phlebotomus perniciosus) vivant préférentiellement dans les zones du pourtour méditerranéen. Une forte progression de la maladie vers le nord-ouest est néanmoins observée depuis quelques années.

 

Une étude récente a permis de retrouver le parasite chez des puces et des tiques vivant sur des chiens leishmaniens. Il a été montré également que le parasite était capable de survivre chez ces puces et ces tiques infestées. Ces résultats ne prouvent pas la possibilité d’une transmission par les puces et les tiques mais étayent de plus en plus un rôle éventuel.

 

Cette maladie peut toucher différentes espèces. Les cas humains sont rares en France (environ 20 cas autochtones par an) et touchent surtout les personnes immunodéprimées. En revanche, le chien paie un plus lourd tribu à cette maladie qui est en extension. En 2000, 17 départements étaient infectés. En 2011, ils sont 21.


Tous les chiens infectés ne développent pas la maladie (1 chien malade pour 3 à 5 chiens infectés par le parasite). Les animaux les plus sensibles déclenchent la maladie dans les mois qui suivent l’infection par la piqûre de moustique. D’autres, resteront porteur du parasite pendant plusieurs années et ne deviendront cliniquement malades qu’en prenant de l’âge ou à l’occasion de stress divers.

Leshmaniose canine : le parasite (flèche), de très petite taille, se trouve à l'intérieur de certaines cellules, en particulier des ganglions ou de la moelle osseuse


Légende


Rouge : départements dans lesquels la maladie est habituellement présente
Fuchsia: départements dans lesquels des cas autochtones ont été recensés depuis 2005
Jaune : départements dans lesquels des cas autochtones ont été recensés avant 2005

Symptômes de la Leishmaniose du chien

 

Dans sa forme dite classique, la Leishmaniose canine s'exprime par des symptômes très divers tels que : abattement, amaigrissement (parfois très important), gros ganglions, diverses lésions de la peau (perte de poils, squames, ulcères cutanés) (photos 2 et 3), allongement des griffes, saignement de nez, … Dans certains cas on observe aussi des troubles nerveux, oculaires (uvéite), locomoteurs, digestifs, …

 

Chien atteint d'un forme cutanée classique de leshmaniose.
Des lésions cutanées sont présentes sur tout le corps

Dans la leshmaniose canine, les lésions cutanées autour
des yeux sont fréquentes et plus ou moins marquées

Forme grave de leshmaniose canine avec présence
d'importantes ulcérations cutanées

Diagnostic de la Leishmaniose canine

 

Compte tenu des particularités de transmission de la maladie et des données géographiques concernant les lieux de vie du moustique, les commémoratifs de séjour en zone à risque (voir carte) dans les mois ou années qui précèdent sont une information importante.

 

Certains cas peuvent survenir sur des chiens n’ayant jamais séjourné en zone à risque (voir carte) mais ils demeurent peu fréquents.

 

Le tableau clinique souvent très polymorphe rend le diagnostic de certitude difficile, c’est pourquoi il est nécessaire de recourir à des analyses. Leur objectif est double : mettre en évidence le parasite (ou des traces de sa présence) et donc avoir un diagnostic de certitude, mais aussi évaluer les répercussions de la maladie sur l’organisme : anémie, manque de globules blancs, insuffisance rénale, … Plusieurs types d’examens permettent d’obtenir un diagnostic de certitude : prise de sang, prélèvement cutané, ponction de ganglion ou de moelle osseuse, etc

 

Pronostic et traitement de la Leishmaniose du chien

 

Même si certaines avancées en matière de traitement ont vu le jour depuis une dizaine d’années, la leishmaniose canine reste une maladie grave. Chez la plupart des animaux les traitements permettent de contrôler les symptômes mais pas de débarrasser le chien du parasite et les rechutes ne sont pas exceptionnelles. Ils sont longs et parfois contraignants. La prévention de la leishmaniose est donc une approche essentielle.

 

Prévention générale contre la Leishmaniose du chien

 

Longtemps fondée sur la lutte contre le moustique vecteur, la prévention de la Leishmaniose canine est profondément modifiée par l’arrivée en septembre 2011 d’un vaccin spécifique.

 

Prévention chez le chien sain



 

  • Votre chien n’est pas porteur de la maladie et ne séjourne pas dans une région à risque (voir la carte). Il n’y a pas de précaution particulière à prendre.

 

  • Votre chien n’est pas porteur de la maladie mais doit se rendre dans une région à risque. Dans ce cas, il faut éviter au maximum les piqûres de moustique en utilisant des insecticides adaptés et en évitant de laisser le chien dehors pendant les périodes à risque (tombée du jour en particulier).

 

  • Votre chien fait des séjours fréquents ou vit en permanence dans une zone à risque. En plus des mesures précédentes, une vaccination est maintenant recommandée. Elle divise par quatre le risque de développer la maladie.

 

Prévention chez le chien infecté

 

Un chien est dit infecté s’il est porteur du parasite sans en souffrir, c’est-à-dire sans montrer de symptôme particulier. La connaissance de son statut de chien infecté est obtenue à partir d’une analyse sanguine. Ces animaux sont susceptibles de développer la maladie à la faveur d’un stress, d’une autre maladie, … qui vont diminuer ses défenses naturelles (on parle d’immunodépression). Une surveillance médicale et des tests sanguins réguliers sont nécessaires. L’utilisation d’insecticides est également importante (évite une sur-contamination et diminue le risque pour les autres chiens). Ces chiens ne sont pas à vacciner.

Prévention chez le chien malade

 

Outre le traitement spécifique de la maladie, les mêmes mesures préventives que précédemment sont à mettre en œuvre. Il n’y a pas lieu de vacciner ces animaux

 

Vaccination contre la Leishmaniose canine

 

Depuis septembre 2011, un vaccin contre la leishmaniose canine est disponible. C’est une avancée considérable pour la prévention de cette grave maladie du chien. La vaccination permet de diviser par 4 le risque de développer la maladie.

 

La vaccination s’adresse en priorité aux chiens non infestés vivant (ou se rendant fréquemment) dans les régions à risque (voir carte). Elle ne dispense pas des mesures préventives exposées précédemment.

 

La vaccination se fait à partir de l’âge de 6 mois, chez un animal non infecté. Un dépistage préalable est donc nécessaire. Elle demande 3 injections séparées de 3 semaines et un rappel annuel. Il est souhaitable de vermifuger le chien avant la vaccination. Elle ne doit pas être faite en même temps que les autres vaccins (délai de 2 semaines).

 

La protection est obtenue 4 semaines après la 3ème injection. Si votre chien doit aller dans une zone à risque, la vaccination doit donc commencer environ 2,5 mois avant son départ.

Des petites réactions post-vaccinales sont possibles chez environ 10 à 25 % des chiens (réaction locale, abattement, fièvre).

Les parasites externes: les puces

Comment un animal attrape-t’il des puces ?

Très rarement par contact direct avec un autre animal :

Le plus souvent en traversant des sites d’éclosion (présence de cocons de puces) :

A quelle période mon animal a-t-il le plus de risque d’être infesté par des puces ?

A partir du printemps, le risque est maximal.

Mais le risque existe toute l’année : veillez à traiter votre animal de manière régulière (idéalement tous les mois).

Qu’est-ce qu’un site d’éclosion ?

  1. C’est l’endroit où les jeunes puces éclosent.
  2. C’est l’endroit où votre animal attrape des puces.
  3. Il s’agit le plus souvent d’endroits où votre animal aime se coucher : à l ’extérieur (jardins, niche…) mais aussi dans votre habitat (tapis, moquette, canapé, panier…).

On y trouve 95 % de la population de puces sous la forme d’œufs, larves et cocons.

Comment la maison se contamine-t-elle ?

 

A mon retour de vacances je dois faire face à une invasion de puces dans ma maison. Comment cela s’explique-t-il ?

ATTENTION !

Les puces de parquet n’existent pas ! Il s’agit d’un phénomène classique dans des maisons ou appartements restés vides pendant plusieurs mois.

Ce ne sont pas des puces vivant dans l’environnement, mais de jeunes puces de chien ou de chat qui viennent d’éclore. Elles ont été disséminées sous forme d’œufs plusieurs mois auparavant par un animal infesté et elles ont attendu sous forme de cocons le passage d’un hôte.

C’est le retour d’êtres vivants qui provoque leur éclosion en masse et donne naissance à cette manifestation spectaculaire de leur présence.

Conseil :
- Utilisez un traitement antiparasitaire double action pour éviter la contamination de votre habitat.
- Traitez régulièrement votre animal.
- Si votre habitat est déjà infesté, utilisez des produits spécifiques antipuces pour habitat (spray, diffuseurs…).

Comment lutter efficacement contre les puces ?

Par la lutte intégrée

  • Agir sur l’animal pour tuer les puces adultes.
  • Agir sur l'infestation de l'habitat.

.

Par un traitement régulier

Idéalement tous les mois.

 

Comment prévenir l’infestation de mon habitat ?

  • Utilisez un poduit qui tue les puces adultes sur votre animal et évite la contamination de votre habitat par les oeufs, les larves...
  • Soyez régulier dans l’application du traitement : idéalement tous les mois pour une protection efficace et durable.
  • Traitez avant d'observer des puces sur votre animal.

Si vous voyez des puces sur votre animal, demandez conseil à votre vétérinaire afin de :
- Mesurer le niveau d’infestation (habitat touché ou non).
- Identifier les sites d'éclosions possibles (généralement lieux où l’animal aime se coucher).
- Choisir un traitement adapté.

Pourquoi traiter mon animal avant d’observer des puces ?

Parce que :

  • La mise en évidence de puces n’est pas toujours facile, il peut y avoir des puces sans pour autant qu’on les voie.
  • Le risque d’infestation existe toute l’année.
  • Le passage sur un site d'éclosion infeste votre animal. S’il est déjà sous traitement les puces seront éliminées plus rapidement.

Conseils :
- Effectuez un traitement régulier.
- Contrôler régulièrement l'absence de puces sur votre animal.

Je traite régulièrement et correctement mon animal. Peut-il avoir des puces ?

Oui les antiparasitaires tuent les puces une fois qu'elles sont sur l’animal.

Oui dans un délai maximum de 24 heures avant qu’elles ne meurent. Pendant ce délai elles sont donc visibles sur l’animal.

Oui pendant plusieurs semaines s’il existe des sites d'éclosion (possibilité de réinfestations régulières). Chaque jour, l'animal attrape desce puces. Elles sont tuées chaque jour. Et chaque jour il en attrape de nouvelles.

Conseils :
- Utilisez un produit antiparasitaire régulièrement.
- Vérifiez que tous les animaux (notamment les chats) sont traités.

Les parasites des animaux: un danger pour l'homme

Zoonose, vous avez dit zoonose ?

Parasites digestifs : Dangers pour l’homme (adultes et enfants)

Les zoonoses, maladies animales transmissibles à l’homme - qui ont pour origine des bactéries, des champignons microscopiques, des virus, des prions ou des parasites - sont extrêmement fréquentes. Et si souvent elles sont bénignes, voir inapparentes, elles peuvent aussi se révéler redoutables. On en connaît aujourd’hui plus de 300, dont un grand nombre sévit dans les pays européens y compris la France.
Read More
Pour les vers digestifs des chiens et des chats, un certain nombre d’entre eux sont susceptibles d’être transmis à l’homme (cette contamination de l’animal à l’homme est appelée zoonose). Les enfants ayant des contacts rapprochés avec les animaux de compagnie représentent la population la plus exposée.

Lors d’une contamination par des vers digestifs, l’homme est appelé ‘faux hôte’ car les larves qui se développent dans son organisme ne seront pas capables de se transformer en adultes. La migration des larves dans l’organisme humain peut cependant créer des lésions dans différents organes comme le foie, le cœur ou la rétine. C’est pour cela qu’il est impératif pour l’homme d’éviter à tout prix une contamination par ces vers parasites.

Voici un aperçu des lésions que peuvent causer ces parasites chez l’homme :

Type de vers Lésion Contamination
Ascaridés Lésions oculaires avec baisse brutale de l’acuité visuelle (atteinte de la rétine), atteinte hépatique, troubles digestifs, manifestations allergiques diverses. Ingestion accidentelle d'œufs contenus dans des déjections canines souillant les bacs à sables, la terre, les végétaux... Ingestion d'abats crus ou peu cuits d'agneaux contaminés par des larves.
Ankylostomidés Migration sous la peau de la larve créant sur le trajet une inflammation sous cutanée. Plages chaudes et humides, pelouses et endroits boueux. Pénétration transcutanée (à travers la peau).
Dipylididés Douleurs abdominales, diarrhée, prurit anal, perte de poids. Ingestion accidentelle de puces infestées en se faisant lécher par un chien qui vient d’ingérer une puce contaminée.
Echinocoques Lésions hépatiques (foie), pulmonaires, cérébrales de type kystique ou tumorale. Conséquences graves voire mortelles. Ingestion de baies sauvages, pissenlits souillés par des déjections. Ingestion d'œufs présents sur le pelage d'un animal contaminé.

Les symptômes, s'ils sont présents, varient en fonction de l'âge de votre animal, de sa santé et de son degré d'infestation. Les symptômes ne sont généralement pas caractéristiques d'une espèce de vers, c'est pourquoi il est fortement recommandé de traiter votre animal avec un vermifuge actif sur l'ensemble des vers digestifs du chien ou du chat.

Les symptômes suivants peuvent vous faire penser à une contamination par des vers digestifs :

. Oeufs ou larves visibles dans les matières fécales ("grains de riz")
. Vomissements
. Anémie (muqueuses pâles)
. Diarrhée avec parfois présence de sang
. Pelage terne, piqué
. Retard de croissance, perte de poids, amaigrissement
. Ventre ballonné chez les jeunes animaux
. Diminution générale de la vitalité

Chez l'animal, après la contamination, les différentes espèces de vers migrent à travers l'organisme de votre animal avant de se fixer dans le tube digestif. Les lésions que les vers causent aux organes de votre animal pendant cette migration peuvent être considérables, conduisant à une dégradation générale de son état de santé.

D'autre part les vers se nourrissent en absorbant le sang ou la nourriture présente dans le tube digestif de votre animal. Pour un jeune animal, une forte contamination peut avoir des conséquences mortelles. Il est donc primordial de traiter régulièrement tous vos animaux (que ce soient les adultes, les jeunes, les femelles en gestation et en lactation) car n'oubliez pas que la contamination des chiots et des chatons peut se faire pendant la gestation ou par le lait maternel.
Dans tous les cas, n'hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire.

Voici un aperçu des lésions que peuvent causer les vers chez les chiens et les chats :

Lésions / Symptômes Cause Conséquences cliniques
Lésions des tissus Migration des larves dans l’organisme. Par exemple : réaction épidermique après contamination à travers la peau par des larves d’Ankylostomes.
Obstruction intestinale, obstruction des glandes anales Très forte contamination par des nématodes. Perturbation du transit intestinal pouvant conduire à l’obstruction (risque mortel).
Anémie, notamment chez les jeunes animaux fortement contaminés Vers hématophages (se nourrissant de sang), comme les Ankylostomes. Muqueuses pâles, abattement, fatigabilité, fièvre, troubles respiratoires et cardiaques.
Carences en vitamines et en substances nutritives Infestation par des nématodes ou des cestodes. Modifications au niveau de la peau et du pelage, troubles de l’audition et de la vue, vomissements, troubles cardiaques, anémie.
Dégradation du système immunitaire Infestation par des nématodes ou des cestodes. Sensibilité accrue aux maladies infectieuses. Effet diminué des vaccins préventifs.