Images aléatoire

Blue Flower

Puce électronique

La puce électronique, simple et efficace, est devenue le procédé d'identification le plus répandu au monde. Elle constitue la solution d'avenir pour faire identifier son compagnon :

  • Pas d'anesthésie
    La pose de la puce électronique est indolore et s'effectue sans anesthésie

  • Bio compatible
    La puce est inerte et sans danger, parfaitement tolérée par l'organisme.
    Après la pose, l'animal n'éprouve aucune gêne

  • Pour la vie
    La puce permet une lecture parfaite tout au long de la vie de l'animal

  • Esthétique
    La puce est à la fois discrète et lisible en toutes circonstances

  • Infalsifiable
    Le code d'une puce électronique est unique. Il ne peut être modifié. Ce procédé est donc infalsifiable et particulièrement dissuasif face aux problèmes de vols.

identification puce

L’identification d’un animal vise à lui attribuer un numéro unique qu’il conservera toute sa vie. Ce numéro est conféré par tatouage ou par puce électronique et est enregistré dans un fichier national qui recense en plus la fiche d’identité du chien et les coordonnées de son propriétaire.

 

Instaurée par un arrêté ministériel publié en juillet 2001, l’identification électronique par transpondeur est de plus en plus souvent utilisée, en partie car, à la différence du tatouage, elle se pratique sur un animal non anesthésié.

 

Le transpondeur ou puce électronique, de la taille d’un grain de riz, répond à une norme ISO. Il s’implante dans la gouttière jugulaire gauche de l’animal, une opération qui ne nécessite pas d’anesthésie générale à la différence du tatouage. Le vétérinaire est le seul habilité à réaliser cet acte.

 

Numéro unique à 15 chiffres

 

Le numéro d’identification, unique pour chaque animal, comporte 15 chiffres. Les 3 premiers renvoient au code pays (250 pour la France), les 2 suivants à l’espèce animale (26 pour les carnivores domestiques), les 2 suivants au code fabricant et les 8 derniers correspondent au numéro unique attribué à un animal donné.

 

La Société d’identification électronique vétérinaire (SIEV) gère le fichier électronique et les commandes des vétérinaires.

 

Tous ces numéros d’identification sont répertoriés dans un fichier national géré par la Société centrale canine (SCC) pour les chiens et par la SIEV pour les chats et les furets.

 

Les personnes habilitées à consulter ces fichiers afin de retrouver un animal par son numéro d’identification, baptisées « ayants droits », sont les vétérinaires praticiens, les agents des services vétérinaires, les gestionnaires de fourrières, les fonctionnaires de police, les gendarmes, les pompiers.

 

Seul procédé officiel en 2011

 

En cas de changement d’adresse ou de décès de son animal, le propriétaire doit en informer le responsable du fichier national concerné (SCC ou SIEV).

 

L’identification électronique est très répandue en Europe et est même le seul procédé d’identification reconnu par certains pays (Royaume-Uni, Irlande, Suède, Malte). A terme, elle est appelée à remplacer le tatouage en France puisque, à compter de juillet 2011, elle deviendra le seul procédé légal d’identification sur notre territoire.

 

Les intérêts de l’identification ne sont plus à démontrer : garantie en cas de perte de son animal, assurance vie en cas de crise sanitaire (épisode rabique), traçabilité… Pourtant, on estime que seuls 80 % des chiens (soit environ 850 000) et à peine 20 % des chats sont correctement identifiés en France.

 

De récentes campagnes de communication, initiées notamment par les vétérinaires, visent à faire évoluer les mentalités et concourent à une prise de conscience de tous les propriétaires. Un site Internet spécialement dédié à l’identification a été mis en place pour relayer l’information et est consultable à l’adresse : www.jidentifiemonanimal.com.